vendredi 25 juillet 2014

Les cerfs-volants - Romain Gary (1980)

Recueilli par son oncle, Ludovic tombe raide dingue de Lila qui crèche dans un château pas loin de chez lui. De gamineries en gamineries, des liens vont se nouer, des oppositions aussi notamment celle de Hans, également fou amoureux de Lila qui passe son temps à défier Ludo pour conquérir sa cousine. La guerre comme souvent va éparpiller tout ça et Ludo va mettre tout en oeuvre pour retrouver son cerf-volant. 
Avant, pendant, après la guerre. Les cerfs-volants sont ces objets de toile, qu'on retient par une ficelle mais qui parfois s'envolent pour ne jamais revenir. Dans ce roman, Romain Gary leur fait jouer tour à tour un rôle ludique, celui d'un instrument de résistance, mais c'est surtout l'amour qu'ils symbolisent le plus, celui que l'on croit tenir entre ses mains mais qui peut nous échapper à chaque instant. Le plus beau des sujets quoi, le principal peut-être, traité sur un ton assez léger malgré le contexte. La guerre est toujours présente, l'hydre nazie également, mais maintenue toujours à bonne distance pour ne pas noyer le roman dans une atmosphère lourde et ténébreuse.